Antigone à Molenbeek & Tirésias

Quatuor Debussy


05/11/2021 | 20h00

Bobigny

MC93

Billetterie Autres représentations

MC93

Boulevard Lénine

Bobigny

Ile-de-France

France



Réservation

Billetterie
Pour en savoir plus

Est-ce une coïncidence qu’au cours des dernières décennies, partout dans le monde, tant de tragédies grecques aient – plus que jamais auparavant – été adaptées, réécrites et mises en scène ? Sans doute pas. Les destins de leurs personnages continuent à nous interpeller. Surtout en temps de crise politique, d’incertitude idéologique et d’agitation sociale. Au début du XXIe siècle, nous avons à nouveau le sentiment de vivre une période de transition, pleine de tensions sociales et de profonds changements culturels. Et à l’heure actuelle, les mythes fondateurs tragiques restent nos interlocuteurs dans leur grande variété.



Dans un diptyque, le metteur en scène Guy Cassiers raconte consécutivement les histoires d’Antigone et de Tirésias : le récit d’une jeune femme qui tient tête à l’autorité et l’histoire d’un devin aveugle qui fut aussi bien homme que femme au cours de son existence. Les deux personnages font partie des figures les plus fascinantes du patrimoine de l’Antiquité. Cassiers ne raconte cependant pas ces histoires selon leur forme classique. Les récits d’Antigone et de Tirésias ont été réécrits dans un idiolecte contemporain et dans un contexte urbain actuel. Le scénario du diptyque s’inspire d’Antigone à Molenbeek de l’écrivain flamand Stefan Hertmans et d’une sélection de textes de Hold your own de la jeune autrice interprète et poétesse slam britannique, Kate Tempest.



Dans les deux cas, il ne s’agit pas de textes de théâtre traditionnels avec des dialogues, mais de narrations épiques et lyriques dans lesquelles les mots et les images revêtent la même importance que l’intrigue et la psychologie. Des textes poétiques et suggestifs qui stimulent l’imagination sensorielle et évoquent de la sorte une expérience subjective de la réalité.



Ces personnages ont inspiré le metteur en scène flamand Guy Cassiers qui propose ainsi une version française de ce diptyque, créé au Toneelhuis en 2020. À ces deux monologues, sur des textes de Stefan Hertmans et Kate Tempest, salués par la critique, viendra s’ajouter la musique de Dimitri Chostakovitch, interprétée par le Quatuor Debussy. Une époustouflante remise en question de nos préjugés programmée en 2021 au festival Les Nuits de Fourvière.





Production MC93 – Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis. Coproduction Les Nuits de Fourvière, Toneelhuis.

Tous les concerts de l'ensemble