ÂRGHA/NŪN – آرغ/ ن

Harmonia Sacra


12/07/2024 |

Avignon

Avignon

Festival Off Avignon

Avignon

Avignon

84

Provence-Alpes-Côte d'Azur

France


Festival

Pour en savoir plus

Regarder et écouter

Distribution :

Luna Silva, chanteuse
Camille Bordet, chanteuse
Shahab Azinmehr, chanteur et tar
Jérôme Berthier, orgue
Mostafa Taleb, kamanché

Rencontre musicale et poétique entre les cultures persane et européenne

Après la qualité des rencontres humaines et artistiques vécues dans « Bruegel », Harmonia Sacra prend plaisir à poursuivre un petit peu de « hors-piste » à travers un travail d’exploration créatrice mêlant les univers de la musique ancienne et les musiques contemporaines de création du monde. Les musiciens et chanteurs créent un langage musical commun et unique mêlant musique baroque, thèmes musicaux persans, textes mystiques persans et européens issus des cultures profanes et religieuses.

Ârgha/nūn - آرغ/ ن est une rencontre musicale et poétique entre les cultures persane et européenne, une expérience sensitive puissante à la rencontre d'une humanité qui désarme les cadres et les frontières. Au départ, il s’agit d’une rencontre entre Mostafa Taleb, jeune musicien iranien jouant le « Kamâncheh » et Jérôme Bertier, claveciniste, organiste et improvisateur naviguant entre répertoires anciens, romantiques et traditionnels. Réunis par Harmonia Sacra sur le plateau de « Bruegel » de Lisaboa Houbrechts, ils échangent pendant deux ans pour parvenir à un langage musical commun basé sur l’improvisation, et prolongent leurs conversations autour des grandes figures qui nourrissent leur inspiration : la poésie de Hafez, Molanah, la musique de J.S. Bach, Marin Marais et M.R. Shajarian. Enfin, ils interrogent ensemble les questionnements mystiques et religieux communs à ces traditions musicales.

Lorsque pour la première fois le kamâncheh s’invite à la tribune de l’Orgue de Saint-Géry de Valenciennes, le projet est né, trouvant dans l’atmosphère mystique de l’église autant que dans son acoustique inimitable un écrin idéal. Les timbres du grand-orgue, du kamâncheh, mais aussi du târ et des voix se mêlent et s’embrassent, créant des sonorités inouïes et inattendues.

Tous les concerts de l'ensemble