Latte e miele

Opera Fuoco


17/09/2022 | 17h30

Ecouen

Chateau d'Ecouen, Galerie de Psyché

Autres représentations

Chateau d'Ecouen, Galerie de Psyché

Rue Jean Bullant

Ecouen

Ile-de-France

France


Programme

L'EMPIRE DE L'AMOUR
Bach Sinfonia de la cantate BWV 182
(Flûte, violon, violoncelle, clavecin)
Keiser "Vieni a me dolce oggetto" de l'opéra Fredegunda (Mezzo-Soprano/Contre-ténor, violon)
Bach “Meine Seele sei vergnügt" de la cantate BWV 204 (Soprano, flûte)
Campra "Coulez Ruisseau" de l'opéra Idomenée (Mezzo-Soprano/Contre-ténor, flûte, violoncelle)
Marcello "Latte e male" de l'opéra Arianna (Ténor, violon, flûte)

LIEUX DESOLES
Lampe "Pretty warblers" de l'opéra Dione (Soprano, flûte)
Facco "Qué sera ciels de mi" de l'opéra Les Amazones (Mezzo-Soprano/Contre-ténor, violon)
Rameau Récit et air "Lieix désolez" de l'opéra Les Boréales (Ténor, flûte, violon, violoncelle)
Vivaldi "Guarda in questi occhi" de l'opéra Ottone in Vila (Mezzo-Soprano/Contre-ténor, violon)

LES ENVOLEES DU COEUR
Rameau "L'impatience" air gai de la cantate L'impatience (Soprano, violoncelle)
Bach "Wenn die Frühlingslüfte streichen" de la cantate BWV 202 (Soprano, violon)
Boyce "Softly rise" air et choeur de la sérénade Solomon (Tutti)

Distribution :

Solistes de l'Atelier Lyrique Opera Fuoco
Anna Cavaliero, soprano
Anne-Lise Polchlopek, mezzo-soprano
Guy Elliott, ténor
Jean Bregnac, flûte
Katharina Wolff, violon
Jennifer Hardy, violoncelle
Kenneth Weiss, clavecin

Dans ce programme d’airs baroques avec instrument(s) obligé(s), Fuoco Obbligato explore la relation de l'homme avec la nature dans son expression musicale et son contexte poétique. Nous débutons notre parcours auroyaume de l'amour, fait d’images des perles de l'océan, d'un ruisseau et de lait qui coule des chênes anciens - un paysage évocateur plein de promesses dans lequel les lignes instrumentales sont mélodieuses et sensuelles. Nous traversons ensuite un terrain d'amour perdu et non partagéqui se reflète notamment dans le gazouillis lugubre d'une flûte, dans la solitude d’un violon faisant écho à la voix, ou encore dans une tapisserie sinistre d'interjections instrumentales éparses et creuses dans « Lieix désolez » de Rameau, qui crée une atmosphère d'angoisse totale. L'aria de Vivaldi nous sort des profondeurs mélancoliques, dans laquelle le rythme vif et gai du violon console le protagoniste et une ligne de violoncelle fougueuse nous propulse à nouveau vers l'anticipation des rencontres amoureuses. Finalement, les douces brises de la cantate de mariage de Bach se joignent à l'aria entraînante de Boyce qui parle de sucreries coulantes et de jardins épicés.

Autres représentations

23/11/2022 à 19h | Paris

Tous les concerts de l'ensemble