3 questions à Antoine Guerber : « Pour moi, artiste, directeur artistique, est un travail, un métier comme un autre qui doit bien s’arrêter un jour »

Novembre 2021

Par Clément Vialle

© Diabolus in Musica


En 2021, l’ensemble Diabolus in Musica, spécialisé dans l’interprétation des oeuvres du Moyen Age, fête ses 30 années d’existence.  Cette année voit également le passage de relais par Antoine Guerber, directeur de l’ensemble depuis sa création, à Nicolas Sansarlat, violoniste de formation.

A cette occasion, la FEVIS a posé quelques questions à Antoine Guerber.


Comment s’est passé le passage de relais au sein de l’ensemble ?

Antoine Guerber : Sur le plan artistique et de mon point de vue, la transition est extrêmement facile et fluide. Nicolas Sansarlat fait partie de l’ensemble depuis plus de 10 ans. Bien sûr en tant qu’instrumentiste il n’a pas participé aux grands programmes de musique sacrée qui ont surtout fait connaître Diabolus in Musica, un ensemble de voix d’hommes aux très fortes personnalités vocales. Mais tous les chanteurs de l’ensemble reconnaissent en Nicolas un musicien hors-pair, dont les compétences musicologiques et les très grandes connexions avec les répertoires du Moyen Âge étaient faites pour le mener à diriger un ensemble en pleine maturité, en pleine possession de ses moyens. J’y vois beaucoup d’avantages pour Diabolus in Musica : Nicolas va l’emmener vers d’autres routes en commençant par le magnifique répertoire des grands chansonniers du Val de Loire à la fin du XVe siècle, en bénéficiant d’une équipe de musiciens d’une immense qualité, dont la fidélité et le travail en commun depuis de si longues années a véritablement forgé un son, un savoir-faire, disons… diabolique !

© Diabolus in Musica

Quel bilan dressez-vous de ces 30 ans avec Diabolus in Musica ?

Mon parcours est avant tout très atypique dans notre milieu musical. Chanteur amateur, j’ai entrepris très jeune des études de gestion des entreprises avant de découvrir par hasard sur France Musique ou au concert les musiques du Moyen Âge, de véritables chocs musicaux… Puis j’ai rencontré, toujours par hasard (mais ces hasards là existent-ils vraiment ?) Dominique et Pierre Touron, deux très grands amateurs passionnés et deux musiciens très fins et sensibles, qui cherchaient à créer un ensemble de musique médiévale pour faire vivre cette passion. C’est l’aventure Diabolus in Musica qui prend son envol, et commencent alors de nombreuses années de travail acharné, comme pour rattraper mon retard, moi qui n’avais ni formation musicale, ni connaissance particulière en histoire et en musicologie et qui étais issu d’une famille sans musique… Je reste d’ailleurs assez sidéré par ce parcours. Sidéré non pas d’avoir tenté l’aventure de la création d’un ensemble consacré à des répertoires rarement explorés, méconnus et souvent méprisés, mais d’avoir réussi à accompagner, et à en être un de ses nombreux acteurs, la formidable montée en puissance et en qualité, en excellence, des musiques anciennes en France depuis 30 ans.

C’est tout d’abord et uniquement ma passion pour les merveilleuses musiques de notre Moyen Âge qui m’ont amené à monter des programmes originaux de concert et de disque, avec une envie très forte de les remettre dans leur contexte historique (qui passionne tant les français, mais dont la curiosité ne va malheureusement pas jusqu’aux musiques de cette même période). Puis sont venues les volontés de pédagogie et d’ouverture de nos concerts aux publics « empêchés », « éloignés de la Culture » ce qui était d’abord un simple supplément d’âme fait désormais partie intégrante de l’ADN de Diabolus in Musica. 

Si j’ai l’impression d’avoir beaucoup oeuvré pour rendre accessibles des oeuvres rares, inédites, voire difficiles, ou déjà célèbres, je reste aujourd’hui marqué par quelques constats pénibles, recensés par l’excellent Lionel Esparza dans son livre « Les Modernes » sur l’état actuel du secteur classique : vieillissement des publics, un certain « autisme » du milieu musical qui ne date pas d’hier, un désintérêt de plus en plus évident de la société en général, et même des élites, pour le patrimoine musical… Malgré tout, le sentiment qui domine en cette fin de carrière est une grande fierté, ce qui n’est déjà pas si mal… Je ne dirai pas que celle-ci se résume en 30 ans de bonheur puisqu’il y eut des difficultés, voire des ratages, et beaucoup d’incompréhensions, rencontrées souvent au sein du milieu musical lui-même parfois si frileux et conservateur. Mais étant moi-même totalement étranger à ce milieu au départ, j’y ai rencontré des personnes merveilleuses et connu d’innombrables moments magiques !

_____

J’ai souhaité une année 2021 très festive et marquante pour moi et Diabolus in Musica.

_______________

Un artiste prend-il vraiment sa retraite ? 

Pour moi, artiste, directeur artistique, est un travail, un métier comme un autre qui doit bien s’arrêter un jour ! Et pour le dire très crûment, je pense que beaucoup de directeurs artistiques s’arrêtent beaucoup trop tard… Ce n’est néanmoins pas une décision facile à prendre, pour un artiste comme pour un ouvrier sans doute. J’ai donc souhaité une année 2021 très festive et marquante pour moi et Diabolus in Musica. La Covid en a un peu décidé autrement mais nous avons pu sortir en avril dernier un très beau et important CD avec une sublime messe du grand Guillaume Du Fay (messe Ave Regina Celorum, qui pour lui aussi fut une dernière messe). C’est le programme que nous donnons à Tours le 27 novembre prochain pour clore ma direction de l’ensemble. Il s’agit d’une messe entière, a cappella, un programme pas spécialement ludique ni facile, mais c’est bien ma manière de terminer ce beau parcours. Nous sortons également ce mois-ci un coffret de 4 CD qui reprend des extraits les plus impressionnants de notre discographie (22 CD). Enfin, je reste directeur du festival Les Méridiennes que j’ai fondé en 2009 et ce à titre entièrement bénévole comme depuis le début de cette aventure. Une manifestation extrêmement originale ouverte aux petites formes de musique savante de toutes les époques et du monde entier ! 

La vie continue, différente et avec d’autres projets, la musique y sera aussi indispensable qu’avant.

L’Agenda des concerts de Diabolus in Musica

Voir dans l’agenda

La discographie de Diabolus in Musica

Retrouvez plus d’informations sur diabolusinmusica.fr

Recevez nos lettres d’information !

Pour ne rien rater de nos actualités, de nos projets, des concerts ou encore des sorties de disques des ensembles

Nos dernières actualités

Ateliers : La santé du musicien

La FEVIS, Futurs Composés et Grands Formats s’associent pour proposer à leurs adhérents une série d’ateliers autour de la Santé du Musicien.

Premier atelier sur les Risques Psychosociaux, en visio le lundi 6 février 2023, de 14h30 à 16h30.
Pensez à vous inscrire !


Plus d’infos

Communiqué : La Région Auvergne-Rhône-Alpes continue de mentir sur sa politique culturelle

2023 commence avec un autre engagement rompu pour la Région Auvergne-Rhône-Alpes : la remise en cause des conventions pluriannuelles d’objectifs qui associent plusieurs partenaires autour du financement d’un projet artistique.
Plus d’infos

La Halle des Musiciens, Toulon les 31 janvier et 1er février 2023

Réservez vos 31 janvier et 1er février 2023, pour la prochaine HALLE DES MUSICIENS qui se déroulera à Toulon :
deux journées de colloque, de rencontres, de débats et de musique !
11 ensembles de la FEVIS Sud donneront chacun un concert.
Une première dans le cadre d’un événement unique.
Plus d’infos

La FEVIS aux BIS 2023

Jacques Toubon, président de la FEVIS et ancien ministre de la Culture, est convié à la séquence plénière des « Grands témoins » des BIS 2023 à Nantes, le 11 janvier, dans la grande salle du Palais des Congrès.
La FEVIS proposera également une table-ronde consacrée à la diffusion des musiques de patrimoine et de création dans les scènes pluridisciplinaires.

Plus d’infos

3 questions à Pauline Warnier et Hélène Clerc-Murgier

A l’occasion de la sortie du disque Amour, bannis ma crainte avec Jeanne Zaepffel (label Aparté) par la Compagnie Les Monts du Reuil, la FEVIS a posé 3 questions aux directrices artistiques de l’ensemble : la violoncelliste Pauline Warnier et la claveciniste Hélène Clerc-Murgier.
Plus d’infos

Une mobilisation sans précédent pour sauver l’archet : mission réussie !

La CoP19 de la CITES a pris fin au Panama le 25 novembre 2022 et s’est achevée sur une bonne nouvelle accueillie avec un immense soulagement par le secteur musical. Cela a été rendu possible par la mobilisation sans précédent des acteurs de toute la filière musicale française pour cette cause qui était la leur : musiciennes et musiciens, ensembles, orchestres, organisations professionnelles et syndicats.
Plus d’infos

3 questions à Bruno Bonhoure et Khaï-Dong Luong

A l’occasion du lancement de la série « Circum Cantum » ​​​​​​​par l’ensemble La Camera delle Lacrime et de la sortie de son nouveau disque, la FEVIS a posé 3 questions aux directeurs artistiques de l’ensemble : le chanteur Bruno Bonhoure et le metteur en scène Khaï-Dong Luong.
Plus d’infos

7e édition du Plateau de saison Auvergne-Rhône-Alpes

Le 16 novembre prochain, les ensembles vocaux et instrumentaux FEVIS de la région Auvergne-Rhône-Alpes se retrouvent pour la 7e édition de leur Plateau de saison, au Bac à Traille, Oullins (69). Conférences, speed-meetings, concerts & spectacles sont proposés tout au long de cette journée.

Plus d’infos

La presse en parle : retrouvez les derniers articles

Retrouvez les dernières interviews et les articles de presse concernant les actions de la fédération.
A lire et écouter en moment : New Deal à la Philharmonie de Paris mais aussi Le recrutement des administrateur·rice·s en question…

Plus d’infos

New Deal 2022 : découvrez le programme des 19 & 20 octobre

La 7e édition des Rencontres professionnelles de la musique New Deal se tiendra les 19 & 20 octobre 2022 à la Philharmonie de Paris.
Parmi les thématiques des conférences et ateliers : Parité Femmes-Hommes avec Agnès Saal ; La santé des musicien·ne·s avec Thalie Santé et Audiens ; La musique dans les scènes pluridisciplinaires ; Focus sur les écosystèmes musicaux des Pays-Bas, du Luxembourg et de l’Espagne.
Plus d’infos