3 questions à Arnaud Thorette : « Nous souhaitions mêler la voix de Rosemary Standley et l’univers musical de l’Ensemble Contraste autour d’un projet transversal. La musique de Schubert s’y prête à merveille »

Mars 2022

Par Clément Vialle

© Thomas Baltes


A l’occasion de la tournée Schubert in Love de l’ensemble Contraste, la FEVIS a posé 3 questions à Arnaud Thorette, directeur artistique de l’ensemble.

Il nous présente ce projet mené avec la chanteuse Rosemary Standley (Moriarty) et qui transporte l’oeuvre de Schubert vers d’autres univers musicaux, mais aussi d’autres lieux de diffusion et d’autres publics.


Avec Schubert in Love, l’Ensemble Contraste transporte Schubert vers la folk et les musiques du monde. Comment a émergé et s’est construit ce projet avec Rosemary Standley ?


Arnaud Thorette : Il s’agit d’une envie commune entre Johan Farjot (directeur musical de l’Ensemble Contraste), Rosemary Standley, Didier Martin (directeur du label Alpha), Pierre Fournier (directeur de l’Abbaye de Noirlac), Hélène Paillette (directrice de Contraste Productions) et moi-même. Nous souhaitions mêler la voix de Rosemary et l’univers musical de l’Ensemble Contraste autour d’un projet transversal. 

La musique de Schubert s’y prête à merveille. Nous lui donnons d’autres teintes, un nouvel éclairage en apportant une texture sonore originale. Nous la jouons parfois  aussi dans sa plus fidèle origine. C’est un parcours à travers le sentiment amoureux et sa multitude de facettes: la joie, la tristesse, la trahison, la possession…

Ce programme fait l’objet d’une très belle tournée dans les scènes nationales et pluridisciplinaires. Les incursions vers d’autres répertoires facilitent-elles la diffusion des musiques de patrimoine ? 

En effet, avec ce projet nous jouons beaucoup dans des salles qui n’ont pas forcément pour habitude d’accueillir des projets de musique classique. Dans de très beaux endroits d’ailleurs ! Si nous réalisons cette belle tournée « Schubert in love » c’est – je crois – grâce à l’assemblage de multiples facteurs: tout d’abord un spectacle original, cohérent et subtilement mis en scène, en son et en lumières, autour de Schubert, grand romantique ;  c’est également le fruit de plusieurs périodes de résidence de création, avec des virtuoses touche-à-tout. C’est aussi un disque réussi qui a remporté un vrai succès en amont de la création scénique et a été très bien accueilli par les medias. 

Il a fallu réunir tous ces facteurs pour que ce projet Schubert in Love fonctionne aussi bien.

© Julien Benhamou

Travailler avec Rosemary Standley vous a sans doute permis de faire découvrir Schubert à un public différent. Est-ce aussi une source d’inspiration pour de futurs projets ?

_____

Nous partageons beaucoup: la musique mais aussi nos façons de vivre pour l’Art

_______________

La collaboration avec Rosemary n’est pas récente. Cela fait plus de 10 ans que nous nous connaissons. Nous l’avons invitée sur plusieurs projets musicaux. Elle a une voix et un univers qui ouvrent des champs d’expression inspirants. Avec ce projet, nous touchons un public large qui n’est pas forcément le public de la musique classique qui suit l’Ensemble Contraste habituellement. 

Nos univers et nos façons de travailler se complètent je crois merveilleusement. Enfin, nous partageons beaucoup: la musique mais aussi nos façons de vivre pour l’Art.  

Nous pensons bien évidement à continuer ensemble cette aventure sous des formes renouvelées. 

L’Agenda des concerts de Contraste

Voir dans l’agenda

Retrouvez plus d’informations sur ensemblecontraste.com

Recevez nos lettres d’information !

Pour ne rien rater de nos actualités, de nos projets, des concerts ou encore des sorties de disques des ensembles

Nos dernières actualités

Pour la politique culturelle, aussi, tout commence !

La réélection du Président Macron, la nette défaite de la candidate de l’extrême droite, ont réjoui sans conteste les acteurs de l’art et de la culture ; en particulier les musiciens indépendants, attachés à la liberté, férus de créativité, qui pouvaient légitimement s’inquiéter d’orientations culturelles tournées vers le passé, le legs patrimonial et peu portées sur l’art en train de se faire et ses protagonistes. […] L’avenir des politiques culturelles, notamment de la politique de la musique, n’est pas assuré pour autant.
Plus d’infos

3 questions sur l’action culturelle et la médiation

L’Education Artistique et Culturelle (EAC) et les actions de médiation sont un pilier important de l’activité des ensembles indépendants. Pour éclairer la pluralité et l’originalité de formats de ces actions, menées aussi bien auprès des jeunes publics que des publics empêchés et ancrées dans les territoires, la FEVIS a posé 3 questions à 3 directeurs artistiques.
Plus d’infos

Webinaires : Les crédits d’impôt et les aides pour l’emploi

Grands Formats, Futurs Composés et la FEVIS proposent à leurs membres un cycle de webinaires sur les crédits d’impôt et les aides pour l’emploi (FONPEPS). Les ateliers des crédits d‘impôt sont organisés en collaboration avec les Allumés du Jazz.
La participation à ces ateliers est gratuite, sur inscription.
Plus d’infos

Webinaire : Ukraine, quelles actions à destination des artistes impacté·e·s ? Vers quelles démarches les orienter ?

Webinaire et Ressources : Ukraine, quelles actions mises en place à destination des artistes impacté·e·s ? Vers quels services ou démarches les orienter ? 📅 Jeudi 7 avril 2022, 15h00 Ressources En partenariat…
Plus d’infos

3 questions à Arnaud Thorette, Ensemble Contraste

A l’occasion de la tournée Schubert in Love de l’ensemble Contraste, la FEVIS a posé 3 questions à Arnaud Thorette, directeur artistique de l’ensemble.
Il nous présente ce projet mené avec la chanteuse Rosemary Standley (Moriarty) et qui transporte l’oeuvre de Schubert vers d’autres univers musicaux, mais aussi d’autres lieux de diffusion et d’autres publics.
Plus d’infos

De l’artiste-administrateur

Chaque mois, la FEVIS propose à une personnalité de la fédération (directeur·rice artistique, administrateur·rice, …) de prendre la parole dans une tribune, pour notre lettre d’information « Indépendants ! ».
En février, Virginie Thomas, Artiste lyrique et déléguée générale de l’ensemble Les Ambassadeurs – La Grande Ecurie évoque la place de l’administratif dans tout projet artistique, suggère des pistes pour faciliter un chemin vers la structuration des ensembles et témoigne de son parcours d’artiste-administratrice.
Plus d’infos

3 questions à Françoise Kubler, Accroche Note

A l’occasion de la sortie du disque Solo Voice +, la FEVIS a posé quelques questions à Françoise Kubler, chanteuse lyrique soprano et co-fondatrice de l’ensemble Accroche Note avec Armand Angster. Elle nous présente ce nouvel enregistrement et revient sur le travail mené depuis 40 ans par l’ensemble, marqué par la coopération et la transmission.

Plus d’infos

Présentation des nouveaux dispositifs d’aide de l’Adami

Nous vous donnons rendez-vous le 4 mars 2022, de 10h00 à 11h30, pour une présentation des nouveaux dispositifs d’aide de l’Adami.

Ouvert à tou·te·s, membres ou non de la FEVIS

Plus d’infos

En replay : Présentation des dispositifs d’aide de l’Institut français

Dans le cadre de son travail renforcé autour de la diffusion, la FEVIS a initié un cycle de webinaires consacré à cette thématique. Après un premier webinaire de présentation de l’Onda, nous avons proposé le 1er février 2022 une présentation des dispositifs d’aide de l’Institut français avec sa Cheffe de projet Musique classique et contemporaine Mathilde Bézard.
Plus d’infos

Communiqué : Le passe vaccinal, impasse pour la Culture

Notre raison d’être consiste à faire partager des émotions, à faire réfléchir, à faire échanger des personnes, de tout âge et de toute condition, rassemblées (dans une salle de concert, un théâtre, un chapiteau, dans la rue, une salle d’exposition, un musée, un cinéma, une bibliothèque…). Quand la substance même de notre action réside dans la recherche de la participation de toutes et tous à la vie culturelle, comment le gouvernement peut-il nous donner l’injonction de trier les personnes et de leur refuser l’accès à ces espaces collectifs d’émancipation ?
Plus d’infos