Un Plan de relance pour les ensembles indépendants français !

Tribune Septembre 2021

© Bobrik – © Julien-Mignot – © Jean-Baptiste Millot


Tribune par David Grimal, Les Dissonances François-Xavier Roth, Les Siècles Raphaël Pichon, Pygmalion 


Libres, ouverts, créatifs, brillants artisans de la redécouverte du patrimoine musical et de la création, nous, ensembles et musiciens indépendants français, sommes un vivier unique au monde par notre diversité, notre excellence et notre créativité. Mais derrière l’usure et la lassitude provoquées par la crise sanitaire, l’urgence n’a jamais été aussi grande.

Questionnant sans relâche nos pratiques et en perpétuelle ré-invention, nous explorons toutes les esthétiques avec une excellence et une énergie saluées dans le monde entier. Présents dans la France entière, nous avons depuis longtemps déjà fait nôtre l’engagement territorial, par un travail passionné et acharné de médiation et de transmission.

Les indépendants, ce sont 5000 artistes donnant près de 4000 concerts par an, dont près de 700 à l’international. Aux côtés de nombreux partenaires, nous représentons un acteur majeur de la vie culturelle, sociale et économique française, pleinement conscients et investis de l’urgence climatique. Des zones rurales aux plus grandes scènes, nos musiciens et ensembles sont aujourd’hui indispensables à la diffusion de la culture dans tous les territoires et auprès du plus grand nombre.

A travers nos concerts et spectacles, nous portons des émotions qui rassemblent, réjouissent l’âme et font naître des vocations, bouleversant même des existences. Chacun d’entre nous en est, à sa façon, le témoignage vivant.

Pour naître, exister, financer, transmettre, éduquer, émouvoir, nous avons l’habitude de soulever des montagnes. Sous-subventionnés, nos modèles financiers sont aussi créatifs que la richesse et la singularité de nos créations. Nous connaissons la précarité, collée à nos semelles comme un attribut ironiquement « culturel ». Aujourd’hui, nos modèles économiques sont à terre. Les prochaines années seront critiques car le secteur est profondément sinistré et la règle du jeu doit urgemment changer.

Il est temps de repenser notre relation aux territoires et de donner à nos ensembles les fondations qu’ils méritent. Les conditions de notre existence doivent être reconsidérées sous la tutelle du Ministère de la Culture en collaboration avec les collectivités territoriales et les partenaires institutionnels (opéras, scènes nationales, auditoriums, festivals). Nous avons besoin de fondations solides pour pouvoir vivre et faire vivre des générations de musiciens, afin que la culture de notre pays continue d’irriguer nos territoires et puisse rayonner dans le monde.

La ministre de la Culture a entre ses mains une proposition d’un Plan de relance pour l’indépendance, porté par tous les ensembles et musiciens indépendants. Il ne s’agit pas d’un cahier de doléances, mais d’un ensemble cohérent de propositions, pour repenser notre place dans la vie culturelle et donner des garanties solides aux jeunes générations d’artistes et d’ensembles. La promesse que leur vocation ne sera pas un chemin sans issue. Notre ambition : transformer cette crise en opportunité de restituer à leur juste place nos modèles et nos statuts, pour revenir devant notre public non pas rescapés, mais plus vivants que jamais.

Déterminés à tout tenter pour construire l’avenir, nous croyons que ce Plan de relance est une opportunité unique.

Pour préserver cette richesse musicale qui fait la fierté de notre pays, et participe à son rayonnement international.

Pour que la transmission et l’émotion continuent à rassembler. Pour que les jeunes générations aient encore une chance de se rêver musiciens porteurs de projets.

Pour qu’à la suite de cette crise, la petite musique de nos déboires n’ait pas éteint la grande.

Recevez nos lettres d’information !

Pour ne rien rater de nos actualités, de nos projets, des concerts ou encore des sorties de disques des ensembles

Nos dernières actualités

Pour la politique culturelle, aussi, tout commence !

La réélection du Président Macron, la nette défaite de la candidate de l’extrême droite, ont réjoui sans conteste les acteurs de l’art et de la culture ; en particulier les musiciens indépendants, attachés à la liberté, férus de créativité, qui pouvaient légitimement s’inquiéter d’orientations culturelles tournées vers le passé, le legs patrimonial et peu portées sur l’art en train de se faire et ses protagonistes. […] L’avenir des politiques culturelles, notamment de la politique de la musique, n’est pas assuré pour autant.
Plus d’infos

3 questions sur l’action culturelle et la médiation

L’Education Artistique et Culturelle (EAC) et les actions de médiation sont un pilier important de l’activité des ensembles indépendants. Pour éclairer la pluralité et l’originalité de formats de ces actions, menées aussi bien auprès des jeunes publics que des publics empêchés et ancrées dans les territoires, la FEVIS a posé 3 questions à 3 directeurs artistiques.
Plus d’infos

Webinaires : Les crédits d’impôt et les aides pour l’emploi

Grands Formats, Futurs Composés et la FEVIS proposent à leurs membres un cycle de webinaires sur les crédits d’impôt et les aides pour l’emploi (FONPEPS). Les ateliers des crédits d‘impôt sont organisés en collaboration avec les Allumés du Jazz.
La participation à ces ateliers est gratuite, sur inscription.
Plus d’infos

Webinaire : Ukraine, quelles actions à destination des artistes impacté·e·s ? Vers quelles démarches les orienter ?

Webinaire et Ressources : Ukraine, quelles actions mises en place à destination des artistes impacté·e·s ? Vers quels services ou démarches les orienter ? 📅 Jeudi 7 avril 2022, 15h00 Ressources En partenariat…
Plus d’infos

3 questions à Arnaud Thorette, Ensemble Contraste

A l’occasion de la tournée Schubert in Love de l’ensemble Contraste, la FEVIS a posé 3 questions à Arnaud Thorette, directeur artistique de l’ensemble.
Il nous présente ce projet mené avec la chanteuse Rosemary Standley (Moriarty) et qui transporte l’oeuvre de Schubert vers d’autres univers musicaux, mais aussi d’autres lieux de diffusion et d’autres publics.
Plus d’infos

De l’artiste-administrateur

Chaque mois, la FEVIS propose à une personnalité de la fédération (directeur·rice artistique, administrateur·rice, …) de prendre la parole dans une tribune, pour notre lettre d’information « Indépendants ! ».
En février, Virginie Thomas, Artiste lyrique et déléguée générale de l’ensemble Les Ambassadeurs – La Grande Ecurie évoque la place de l’administratif dans tout projet artistique, suggère des pistes pour faciliter un chemin vers la structuration des ensembles et témoigne de son parcours d’artiste-administratrice.
Plus d’infos

3 questions à Françoise Kubler, Accroche Note

A l’occasion de la sortie du disque Solo Voice +, la FEVIS a posé quelques questions à Françoise Kubler, chanteuse lyrique soprano et co-fondatrice de l’ensemble Accroche Note avec Armand Angster. Elle nous présente ce nouvel enregistrement et revient sur le travail mené depuis 40 ans par l’ensemble, marqué par la coopération et la transmission.

Plus d’infos

Présentation des nouveaux dispositifs d’aide de l’Adami

Nous vous donnons rendez-vous le 4 mars 2022, de 10h00 à 11h30, pour une présentation des nouveaux dispositifs d’aide de l’Adami.

Ouvert à tou·te·s, membres ou non de la FEVIS

Plus d’infos

En replay : Présentation des dispositifs d’aide de l’Institut français

Dans le cadre de son travail renforcé autour de la diffusion, la FEVIS a initié un cycle de webinaires consacré à cette thématique. Après un premier webinaire de présentation de l’Onda, nous avons proposé le 1er février 2022 une présentation des dispositifs d’aide de l’Institut français avec sa Cheffe de projet Musique classique et contemporaine Mathilde Bézard.
Plus d’infos

Communiqué : Le passe vaccinal, impasse pour la Culture

Notre raison d’être consiste à faire partager des émotions, à faire réfléchir, à faire échanger des personnes, de tout âge et de toute condition, rassemblées (dans une salle de concert, un théâtre, un chapiteau, dans la rue, une salle d’exposition, un musée, un cinéma, une bibliothèque…). Quand la substance même de notre action réside dans la recherche de la participation de toutes et tous à la vie culturelle, comment le gouvernement peut-il nous donner l’injonction de trier les personnes et de leur refuser l’accès à ces espaces collectifs d’émancipation ?
Plus d’infos